Facebook

🙂

C’était le WE Facebook, des posts, des e-mails, un coup de fil (!), du chat, Skype etc. Plus un face-à-face in-RL, pas très en accord avec le Net.

Big Brother est venu me rendre visite plusieurs fois aujourd’hui et nous avons eu une de nos discussions habituelles. Nous nous aimons beaucoup BiBro et moi. S’il n’existait pas je l’aurais inventé. Parole ! Mais mes lectures de Science Fiction m’ont familiarisé avec très tôt. Facebook est une des facettes qu’il présente, une de celles que l’on peut attaquer tranquillement pendant que les choses se passent ailleurs.

Je commence par un message aux bloggers de chez Blogger, dont un ami et une connaissance de fraîche date. BiBro regarde vos blogs, lit vos textes, sait qui vient vous rendre visite. Met en cache le moindre de vos mots et vous le ressert quand vous visitez Google. Bien sûr ce dernier regarde aussi vos vidéos, pas que celles de video.google, ou de YouTube (qu’il a acheté), mais aussi celles des autres plates-formes. Il suit les commentaires, les visites etc. BiBro à travers Gmail regarde aussi vos e-mails, les lit attentivement, y trouve les mots clés nécessaires pour vous servir de la pub. Il fait mieux bien sûr, tant que vous êtes connectés sur votre compte, il suit vos requêtes et note vos clics pour connaître vos intérêts et lit vos chats avec les amis.

Et d’autres services gratuits en font autant, pensez à Xiti ou webhostingcounter. Tant qu’à faire autant tout centraliser chez Google avec Google Analytics, n’est-ce pas ? Ou ajouter une ribambelle de compteurs pour que tout le monde en profite et que le prix des profils baisse à la longue, non ? 😉

Puis, un petit mot pour les utilisateurs de téléphones mobiles. BiBro sait où se trouve votre téléphone ! Si vous l’avez allumé bien sûr. Si vous le perdez il est possible que votre fournisseur de téléphonie mobile puisse vous aider à le localiser à quelques mètres près (j’ai profité personnellement du service et j’en connais une qui suivait à la trace son ado). Le même fournisseur garde trace des appels entrants et sortants pendant un petit bout de temps et peut les fournir aux flics, sans qu’il y ait besoin d’un avis de juge semble-t-il. Puis, il facilite les écoutes en enregistrant vos conversations (là il fat qu’un juge donne son accord et c’est payant: 700€/mois en France, mais ce sont les € des taxes), permettant la consultation à distance. Puisqu’il permet de localiser votre appareil il peut aussi faire des recoupements pour savoir quels autres mobiles vous avez croisé et où. Et il peut pousser le bouchon jusqu’à activer le micro de votre mobile pour le transformer en mouchard à votre insu (source Canard Enchaîné). Ainsi, si vous voulez aller à un RdV sans que ça se sache facilement vous avez intérêt à éteindre votre appareil, demander aux autres d’éteindre le leur si vous voulez être sûrs que le discussion reste confidentielle et si vous voulez susurrez des petits mots d’amour à votre maîtresse sans que votre femme puisse vous les ressortir le jour du jugement de divorce évitez le mobile et éteignez le lors des tête-à-tête.

Bien, ce sont là deux facettes de BiBro auxquelles on ne pense pas souvent.

Certes, Facebook est une autre entrée d’infos pour BiBro, mais celle-ci plus fragile. Rien, absolument rien, ne vous force à être honnêtes avec Facebook. Prenez non pas une, mais 10 identités. Toutes tordues plus ou moins, avec plein d’applications ajoutées, avec n’importe quelle connerie qui vous passe par la tête écrite. Faites en sorte que leur base de données soit inexploitable à force d’y ajouter du bruit de fond avec un peu de messages vrais. Gavez-les. Comme des oies. Et tant qu’à faire, chaque identité peut avoir un compte gmail et un blog associés. Histoire de les faire tourner en ouroboroi (pluriel d’ouroboros). Il n’y a aucune raison pour qu’il n’y ait que Facebook qui trinque, mieux vaut qu’ils soient à plusieurs. 😀

Publicités

Soylent Green


Soylent Green

Originally uploaded by Ross Mayfield.

I was just seeking other images tagged « madeofpeople » in Ross’ posts !
Does Web 2.0 means Web grinder ?

Web 2.0 I$ Money


Web 2.0 I$ Money
Originally uploaded by Ross Mayfield.

Original ?
Who knows ? This is a Web 2.0 post, Pure Laine 😉

Web 2.0

L'essentiel de ce que le Web 2.0 représente m'irrite. Profondément.

J'ai une certaine expérience des communautés en ligne : listes de diffusion, forums, LinkedIn, Orkut etc. Et partout où je suis passé le même constat : on finit prisonniers d'un système que l'on ne contrôle absolument pas.

L'ostracisme, non pas décidé par la communauté, mais, par ceux qui manipulent le service est chose courante. Regardez ce que MySpace a fait récemment : tu râles je te mets à la corbeille et on n'en parle plus ! C'est loin d'être un cas isolé, il est visible juste parce que MySpace est à la mode et que tu passes pour un ringard si tu n'y participes pas.

On trouve la même attitude dans tous les secteurs qui d'une manière ou de l'autre tiennent captives nos données, nos discussions, nos contacts. On se laisse doucement enfermer dans des systèmes qui sont gratuits (plus ou moins) et qui finissent pas nous tenir par les couilles (ovaires pour ces dames), nous empêchant de bouger à notre aise. Il en est de même des blogs ! J'ai fait l'expérience du bannissement d'un blog parce que je n'étais pas du même avis que le blogger : plus possibilité de commenter, même pas pour défendre sa position, s'expliquer.

Le système génère de micro-satrapes ou des macro-influenceurs, qui jouent leur jeu, en faisant semblant de jouer la transparence. Il y a de quoi faire réfléchir avant de s'inscrire à l'un ou l'autre des sites de social networking qui sont proposés, de plus en plus nombreux. A défaut d'être certain qu'il y aurait un bénéfice substantiel, on risque de se retrouver en train de travailler pour quelqu'un qui peut se transformer en tout moment en un geôlier, largement moins bienveillant que la première impression qu'il donnait. Et d'avoir travaillé pour rien.

Si Web 3.0 il devrait y avoir, sa première mission serait de libérer les internautes de ce type de pièges à con, de leur donner la possibilité de s'exprimer, se lier aux autres, former des communautés etc. de façon indépendante de services centralisés qui seront toujours à la merci de ceux qui tiennent les mots de passe du serveur et qui décident de ce qui est politiquement correct ou non.

Si je devais donner une définition du Web 2.0, non technique, je dirais qu'il s'agit du plus gigantesque attrape couillons avec appât le social.

Quelqu'un doit faire quelque chose.