transbronzant

La Boîte à meu, production Joachimesque m’a fait connaître de façon indirecte les maillots de bain transbronzants !

Le commentaire de Cédric chez Loïc, mentionne en fait une boîte nordiste, Bousebecque qui serait en fait Bousbecque [59166] où serait installée la boîte à l’origine de la Boîte à meu. J’ai cru pendant un instant que Joachim avait vraiment monté quelque chose, le petit cachottier.

Mais du coup on a envie d’en apprendre plus, en effet, sur la boîte en question.

En dehors de ça, j’ai suivi la trace de Cédric et je suis arrivé aux maillots de bain transbronzants.

Belle invention, mais qui me fait un peu de peine quand même. Tant qu’à faire, si on ne veut pas avoir des traces de bronzage autant se mettre à poil ! Non ? Plus simple, nettement moins coûteux et plus honnête. Mais je comprends que certains environnements ne s’y prêtent pas vraiment. Alors, KinShaô est la source. Celui qui me paraît le plus indiqué est le Chocolat, qui peut servir également d’échantillon comparatif pour connaître le degré d’avancement du bronzage.

Et puis, je me dis que ça fait toujours plaisir d’avoir quelque chose à enlever…

viande froide cornichons

J'ai lu la semaine dernière "Viande froide cornichons : "Crimes et suicides à mourir de rire" d'Edouard Launet. D'un seul trait. Excellent exercice pour les abdominaux et les zygomatiques.

Et je me suis dit que je lancerais une quête pour des cas similaires sur le Net, il devrait bien y en avoir non ?

Première prise deux secondes après le lancement :

By SARAH SKIDMORE: Oregon Man Survives 12 Nails to the Head

PORTLAND, Ore. – An Oregon man who went to a hospital complaining of a headache was found to have 12 nails embedded in his skull from a suicide attempt with a nail gun, doctors say.

Nouvelle catégorie : mince!

pathetique

Catherine propose que l’on écoute ‘Le côté obscur du blogue‘. Comme j’aime bien Catherine j’ai fait un tour pour ne pas mourir sans cette info (je mourrai idiot anyway si l’idée vient de vous traverser l’esprit).

Je m’attendais à un sujet sur les suicides annoncés par blog, ou les comptes-rendus de serial-killers ou quelque chose du genre. Le sujet est tourné dans un sens complètement différent : l’utilisation du blog et des commentaires qui l’accompagnent en tant qu’exutoire et cours de recréation, où l’on se tape les uns sur les autres. Intéressante approche qui intéresse une fraction assez large de la blogosphère, mais certainement pas la plus importante !

Catherine semble abonnée au mot pathétique ces temps-ci ! Et les blogs en prennent un coup en passant 😉

Entre le suicide symbolique – la fermeture – du blog, les règlements de comptes avec les ex, bloggers ou non d’ailleurs, et les querelles de clocher il y avait matière pour ce court reportage.

Mais on est loin, très loin du côté obscur de la blogosphère; je trouve beaucoup plus inquiétantes les joutes autour de l’influence auprès du public, motivées par le marketing, les actions de détournement des blogs pour la propagande politique (oui, oui, c’est ça, j’aurais dû dire information/communication, mon oeil !), et les blogs de marques, qu’elles soient personnelles ou des vrais (™).

Le reportage tourne quand même autour du pot sans se décider à l’ouvrir : le Net, dont le Web, dont les blogs, sont un espace disponible pour les épanchements, discussions, collaborations, querelles etc. Loin du virtuel, mot qui est utilisé de travers à chaque fois que l’on parle du Net. Je ne vois vraiment pas ce que ça a de virtuel. Je dirais qu’il est insaisissable pour ceux qui ne le pratiquent pas… Difficile à saisir les sensations du saut en parachute si vous n’y allez pas, n’est-ce pas ? Ou de la plongée. Ou du trek en haute altitude. Et chacun son truc après.

Mais certainement pas virtuel. Il y a des avatars qui sont conçus pour isoler leur propriétaires certes, mais il n’en restent pas moins réels les dits propriétaires. Et ça ne change pas beaucoup des mythomanes des tavernes qui ont l’art de raconter n’importe quoi à propos d’eux même 😉

Il en est d’autres qui ne sont pas plus épais qu’un papier calque; on voit à travers dès qu’on se donne un peu de mal et quelques secondes pour savoir qui est derrière.

Il y en a beaucoup qui gardent la même identité sur leur blog que celle qu’ils utilisent tous les jours. Les jeux de noms de plume habituels, n’est-ce pas ?

Pourquoi diable ça serait obscur ? Pourquoi la communication qui passe par les blogs est considérée comme virtuelle ? est dit dans le reportage que le blog n’a pas les mêmes ingrédients que la discussion face-à-face. Certes. Au même titre que toute communication écrite, la correspondance postale par exemple. Mais les bloggers communiquent en dehors des écrits ! Que ce soit à l’aide de leur webcam ou en faisant l’effort de se rencontrer pour continuer les discussion autour d’un verre. Ne pas en parler in extenso de cet aspect des blogs est la seule erreur du reportage. Certes ce n’est pas du domaine du côté obscur, mais ça en limite la portée, telle qu’elle est montrée.

Puisqu’il semble que l’enquête sera étendue il serait de bon ton de parler des communautés, groupes, bandes, gangs etc. qui sont créés ou maintenus grâce aux blogs.

recup vs recyclage

Quand j’étais gamin avec les copains du quartier, on faisait de la récup. A fond la caisse.

Tout était bon pour être transformé et revendu pour nous remplir les poches de piécettes.

Nous n’étions pas animés par des soucis écologiques, juste par un besoin de piécettes; le quartier était pauvre et mes parents ajustaient mon argent de poche à celui de mes potes pour limiter les différences.

Notre source de revenus la plus large étaient les bouteilles de piquette que les couillons balançaient.

  • on avait une pièce pour débarrasser leur seuil des cadavres qu’ils y posaient
  • certaines bouteilles partaient à la revente telles quelles, même pas rincées
  • d’autres étaient transformées avant, surtout pour faire des verres et des vases

Cette dernière activité était la plus lucrative mais aussi la plus dangereuse. Une partie de mon pouce gauche est toujours insensible, résultat d’une mauvaise coupure avec le bord d’un verre en devenir. C’étaient des verres qu’on vendait aux gars qui bossaient aux chantiers alentours. Je viens d’apprendre que c’est des verres design !

J’en ai vendu deux ou trois centaines de ces saloperies, découpées au diamant, poncées à l’émeri, en tambour mu au pédalo, finies à la flamme. Me marre en découvrant que l’idée peut-être écolo et design pour certains. Remarquez, nous ne savions pas faire des découpes en biais 😉

Mais j’aime beaucoup l’usage proposé par ARTICLE, pour en faire des lampes. Faudra voir ce que ça donne en « chauffe », mais avec un lampe à gaz ça doit être mignon et tenir la route. Peut-être avec des allogène aussi.

raison 11

Tiens, je viens de trouver une autre raison pour le blog d’Anne Archet :

  • je voulais dire, le cybersexe sur irc, c’est marrant, mais une fois les préliminaires passées y’a pas grande variété
  • copier/coller des extraits d’Anne Archet !
  • hahaha
  • oué, vrai
  • ça lui fera plaisir d’ajouter une raison pour avoir un blog !
  • Hé, du pur recyclage d’électrons…

    timetravel

    Cher Joachim,

    C’est Joachim qui te parle, celui que tu étais il y a si peu de temps.

    Celui qui ne connais pas la moitié de tes souvenirs, mais qui peut t’en rappeler certains que tu auras oubliés.

    Mais voila, tu me connais, je sais pas exactement ce qui va t’intéresser comme souvenirs.

    Pour pallier à cette lacune, je te laisse ma vie au compte-gouttes. N’en abuse qu’avec modération.

    Et puis quoi que tu fasses, amuse toi…

    Joachim

    PS : un de ces jours faudrait que tu relises l’intégrale des Harry Potter …

    Et puis c’pas juste, toi tu connais la fin, tu l’as lue, même si pour l’instant tu t’en souviens plus. Rien que pour ça, je t’envie.

    Il n’a rien compris

    Ou il fait le con parce que ça ne l’arrange pas. Enfin, il croit faire le con.

    Ginisty, admet ne pas avoir du talent pour faire des bannières et pense que c’est OK. Mais la question n’est pas là. La question est : pourquoi quelqu’un avec du talent passerait quelques minutes pour pondre une bannière pour lui ?

    Pour un Happy Meal en sa compagnie et un T-shirt ? Pouah ! Autant se les payer et dîner avec une belle fille non ? Ou un beau mec pour ces dames, ou toute autre combinaison plus appropriée aux penchants des uns et des unes.

    Reste le buzz. Mais ce n’est que du buzz n’est ce pas ? Et se faire du buzz à base de Ginisty n’est pas signe de qualité … (tiens, me suis fait des amis là, mais ça devait sortir).