allons donc !

Dans sa réponse aux commentaires que nous avons fait, Eric sur Agoravox, moi tranquillement chez moi, Thierry Crouzet a l’impression d’entendre des vieux gauchistes. Trop bien élevé le garçon pour dire des vieux cons 🙂 Je suis nettement moins politiquement correct que lui, alors appellons les vieux cons, vieux cons et non pas vieux gauchistes.

S’il y a un « l’ego » qui est froissé dans cette affaire, il semble bien être celui de Crouzet.

Lire la suite

Publicités

marrant comme tout !

J’ai voulu lire le papier d’Eric sur Agoravox (sur recommandation de la Première Lectrice) et pour faire les choses dans l’ordre je me suis dit qu’il fallait absolument que je lise ce à quoi il se réfère. Je ne lis plus le blog de Thierry Crouzet depuis qu’il a aligné quelques bien bonnes et que ses réactions aux commentaire furent consternantes (dont).

Premier paragraphe et il en sort un de ses classiques que quand on les voit on doit changer de trottoir ou URL.

…à force de les voir s’exciter je vais finir par me dire que je tiens enfin la preuve que le cinquième pouvoir existe… car s’il n’existait pas vous ne seriez justement pas aussi remonté messieurs les sceptiques. Mais bon, je ne vais pas attaquer comme ça ma présentation. J’aurai sans doute l’occasion de sortir cet argument plus tard.

La même connerie de base que ceux qui vous diront que s’il y en a qui s’excitent contre les dieux c’est qu’ils existent. Merde ! Je ne pensais pas qu’il tomberait si bas. En plus il compte sortir cet argument plus tard. On n’en a pas fini avec…
Si vous sentez une quelconque animosité envers les astrologues, il se peut bien que l’astrologie soit une Science.

A peine le premier titre lu je tombe sur la fameuse « physique quantique« , autre façon à la noix pour aborder dieux, métaphysique et … le cinquième pouvoir maintenant. Lamentable.

Il ne nous manque que le fameux « et pourtant elle tourne » pour avoir le hard core du mauvais argumentaire. Mais peut-être l’a-t-il sorti quelque part et ça m’a échappé?

Je suis allé jusqu’au bout. Je vois les effets de l’augmentation de la densité d’échange d’information; elle modifie profondément notre monde. Mais, après avoir lu ce morceau de Crouzet j’ai le sentiment que si le cinquième pouvoir existe ou s’il est naissant, il est mal barré, le pouvoir, pas Crouzet, qui lui continuera à vendre.

Avant, bien avant les kits Lego qui avaient tout pour construire un modèle, il avait des briquettes qui venaient en paquets sans modèle ! C’est pour satisfaire les parents des enfants incapables de s’en sortir et construire quelque chose de significatif qu’ils se sont mis à proposer des kits, donnant la fausse impression que le gamin a été capable de construire une voiture de pompier quand il s’agit juste d’avoir suivi les instructions (ce qui n’est pas mal déjà).
Je suis de la génération des briquettes en vrac, de celle qui s’est tailladé les doigts en creusant un morceau de bois pour faire une barque (enfin, ça flottait et naviguait au vent). Je ne déteste pas les kits, mais je les trouve inutiles pour jouer.
Que l’on puisse utiliser un logiciel pour dessiner un modèle et commander les pièces est économique peut-être, mais ça demande la même capacité que de se démerder avec les briquettes. En plus, le pauvre couillon qui s’escrime à son écran fait le boulot des dessinateurs que Lego n’aura pas à embaucher, puisque Lego a à sa disposition des clients qui bossent pour elle.

Puis, je me suis fait le texte d’Eric. Je connais son écriture/analyse et je l’apprécie en général (je me suis même permis de le lui dire en face, c’est dire). Il en ajoute une raison de plus.
Je trouve sa digression avec Ford de trop, j’aurais préféré qu’il reste chez Lego tant qu’à faire. L’idée est néanmoins la même. Strictement la même.

Ce qui est marrant, c’est que le papier d’Eric est publié sur Agoravox, qui est basée sur le même principe. Faites le boulot, on s’occupe du pognon et de la gestion de la communauté (vos lecteurs). Fuck ! vous ne l’aviez pas remarqué ?

Kevin !

Bon anniversaire mon ami. Et plein de sites Web maison à consulter je te souhaite.

Ma main et mon coeur

Science dure !

Entendre une philosophe qualifier la biologie de science dure est un moment jouissif, à l’idée de la tête que feraient certains physiciens 🙂 Mme Larrère m’a fait ce plaisir. Je la remercie !

Intimement convaincu que l’artificiel est un sous-ensemble du naturel, et loin de m’émerveiller de la Beauté de la Nature en oubliant que ce qui est beau ou moche est un jugement de valeur qui me vient de ma culture, j’aurais trouvé la présentation intéressante mais sans nouveauté, si ce n’était la toute dernière partie, la seule où une prise de position a été posée. Mais ça valait la peine d’attendre ces quelques phrases.

A l’opposition classique naturel vs artificiel un troisième élément a été proposé, le culturel. Non pas accompagnant l’artificiel, comme habituellement, mais en troisième partie d’un triangle. Elle a eu beau dire que les emplacements des trois éléments n’étaient pas importants, dans le schéma vraiment virtuel qu’elle nous a tracé, en absence de tableau, le naturel occupait le sommet, l’artificiel le coin gauche et le culturel le coin droit. J’ai failli écrire le côté droit, tellement l’importance de la chose semblait prendre de la place.

Il est vrai que je suis sensible à cette opposition [que je ne considère pas en tant qu’opposition]. J’aurais préféré entendre parler de parallélisme entre le naturel et le culturel, de coopération, de symbiose, de changement de medium pour les processus évolutionnaires, mais la seule distinction du culturel ne faisant pas tout à fait partie du naturel et/ou de l’artificiel est un espoir non négligeable. Il est certain que la mémétique n’a pas encore fait son chemin, mais le rail semble être posé.

De l’autre côté, entendre discuter de ce sujet sans références directes aux motivations (entre autre culturelles) de ceux qui prennent position pour ou contre l’opposition entre les deux (ou trois) éléments, en incluant les motivations issues de la culture religieuse, m’a paru bizarre. Je pense que certaines interrogations sur la façon d’aborder la technique suivant les contextes culturels auraient trouvé facilement des réponses. Pour seul exemple les lois bioéthiques suivant l’emprise de la religion à la définition de la morale de la population et le type de religion 😉

300

La discussion hier soir, au Cambridge Arms, a largement tourné autour des spartiates. Le sujet étant mis sur la table à propos du film « 300 ».

En tant qu’athénien j’ai essayé d’expliquer à Trait de Jupiter en quoi les spartiates sont loin d’être le top produit de la Grèce antique. Elle a résisté. Je ne désespère pas de la convaincre. Mais il me faudra bien aller voir le film.

Il y a des moments

… qu’on n’échangerait pas pour tout l’or du monde.

Ma biolo, ce que vous appelleriez les Science de la Vie et de la Terre, devient un gouffre de plaisir, qui ne laisse aucune chance à la pensée de dévier vers autre chose. Ca en devient inquiétant, j’ai l’impression que rien d’autre ne compte que la compréhension. Quasi mystique.

Choper à la volée la relation entre ceci et cela ! Le pied ! Pas la corrélation stérile des chiffres, mais la relation fonctionnelle, qui frôle l’étiologique…

Et la sensation de solitude qui suit ! Bordel de merde, à qui expliquer ? Avec qui partager ?

SunG, ma belle, au secours 😉
Et promis, cette fois c’est plus que de la bonne 🙂

C’était la minute de solitude de Oldcola, désolé pour les non initiés.

Chère voisine

J’ai remarqué ton sourire le soir où Pierre s’est excusé d’avoir failli vous écraser, toi et ton vélo, en essayant de se garer rue Minvielle. Puis j’ai remarqué que tu passes souvent prendre un pot au CA et hier soir je me suis dit que c’est dommage qu’on boive séparément, ce qui ne favorise pas la discussion.

Si on ne t’avait pas fait le coup du billet-papier suivi du billet-blog ne va pas penser que tu ne sors pas assez, je pense que je suis en train d’innover en matière d’abordage. C’est que je suis particulièrement timide1 et qu’il est au dessus de mes forces d’aborder les inconnues dans les bars. D’habitude j’attends que les inconnues m’abordent2, ou qu’on nous présente.

J’aurais pu essayer de te marcher malencontreusement sur le pied, m’excuser, me présenter, te proposer un coup à boire etc. Malheureusement les tabourets du comptoir ne se prêtent pas à ce genre d’exercices avec leur repose-pieds. Et moi je ne suis pas rodé à ce genre d’exercices.

Ce n’est pas que je voudrais te faire du « rentre dedans« 3, mais j’aimerais faire ta connaissance et qu’on prenne l’habitude de nous asseoir à la même table pour vider nos pintes et papoter4. Quite à ce que ça finisse sans la partie « rentre dedans« , même si je ne comprend pas comment on peut résister à l’envie de sauter sur les petits-gros-à-barbe-qui-pique5.


1 – s’il y en a qui ont envie de se marrer ils ont intérêt à y penser une deuxième fois ! je suis vraiment timide… 😛
2- heureusement ce n’est plus un fantasme 😀
3 – quoique… si, à vrai dire.
4 – je suis un grand papoteur mais je peux aussi me transformer en paire d’oreilles si l’envie de raconter ta vie te prends après la nième pinte.
5 – préparatifs pour mieux supporter un cyber-rateau.