OGM – encore une dose, légère, avec des morceaux de sex dedans :-)

J’étais intrigué par le renvoi de vers l’interview de . La première lecture ne m’a pas montré pourquoi il y faisait allusion. Je notais en première impression :

J’ai lu attentivement l’interview de B. Hervieu. Je n’ai pas vu quoi que ce soit de concret quant à la façon d’aborder le problème de façon holistique. Je garde même le sentiment que c’est une analyse bien centrée sur la France.

J’y suis revenu pour essayer de comprendre.

Plusieurs points à considérer. Je commence par les limites que semble s’imposer BH.

Il n’y a pas que :

  • la France sur la mappemonde
  • les chercheurs des établissements publics
  • les plantes OGM

Il n’est pas impossible que ses limites soient voulus, puisqu’il s’adressait à Mission AgroBioSciences. Mais je pense que c’est contraire à sa volonté de pousser les raisonnements à bout, que de se limiter.

Ca ne demande pas une connaissance profonde du sujet pour être au courant que la France, et l’Europe en général, sont des joueurs mineurs dans les biotech et la pharma; faudrait vivre sur une autre planète pour l’ignorer. Malgré une volonté, relativement récente (1999-2001), de booster les biotechnologies, les résultats attendus ne sont certainement pas là, conséquence d’une gestion du sujet (économique et politique) pour le moins maladroite. Les européens ne se sont pas doté des outils nécessaires (scientifiques, techniques et politiques) pour peser sur le débat, qui est international. Ils subiront les décisions prises ailleurs, ils n’imposeront pas leur point de vue.

De même, si l’on regarde de quel secteur arrivent les innovations, on se rend compte que c’est du secteur privé, essentiellement. Ce dernier profite de la science fondamentale développée par le public, mais c’est lui qui impose les innovations, transformant les essais au profit de ses actionnaires. Quant à la valorisation de la recherche publique, mise à part les Anglais qui ont adopté un modèle anglo-saxon qui semble efficace, le reste de l’Europe est à la traîne; les tentatives française ayant été particulièrement lamentables (pour les avoir vécues de l’intérieur). Et il n’y a pas que les biotechs qui en sont là, avec Craig Venter faisant la nique au secteur public en arrivant le premier sur la place avec la séquence du génome humain, obtenue « au dixième du temps, pour le dixième du coût ». Je pense aussi à l’indignation risible, face à Google, des gardiens de la francophonie (dont Jeannanay et Chirac) et à Qaero (dont on n’entent plus parler🙂 ). Restreindre la science au secteur public est une erreur fondamentale. Pas étonnant que BH n’entends pas les voix des scientifiques se prononçant au sujet des OGM !
Il n’y a pas d’opinion plus clairement et fortement exprimée que celle de ceux qui ont produit les OGM et ce ne sont pas les dirigeants (de la fonction publique ou du secteur privé) qui sont à la paillasse et aux champs, ce sont bel et bien les scientifiques. De l’autre côté, quand on voit l’exemple d’Axel Khan, qui donne une opinion de scientifique au gouvernement et que ce dernier s’assoit dessus, pourquoi imaginer que d’autres perdront leur temps et courage pour être traités comme du papier-cul ?

Puis, la grande majorité des OGM ne sont pas des plantes. Et ils ne sont pas destinés à quitter le confinement qui leur est imposé. En parlant de majorité je ne fait pas référence à la biomasse mais à la variété. Je manipule souvent des milliards de variants OGM commercialement disponibles, confinés en classe I. Et j’en ai produit des millions en bactéries et des milliards en bactériophages et j’espère continuer. Et je ne suis qu’un cas parmi les moins productifs de milliers de collègues. Un cran au dessus, des centaines, probablement des milliers, de lignées cellulaires génétiquement modifiées. J’en ai deux marrantes dans mes publis, formellement des OGM. Dans un autre registre, il y a des centaines de lignées transgéniques de souris, des dizaines de rats, plusieurs cas de lapins, des poissons, des cochons etc. Rien à voir avec les plantes encore. Et pas un mot de tout ce beau monde ! Vraiment étonnant de la part de quelqu’un qui demande « de pousser chacune de nos disciplines scientifiques à argumenter au cœur de ce débat et au cœur des arguments de cette tension… ». Est-ce parce que les OGM, certains d’entre eux au moins, sont devenus d’un banal qui les rend invisibles ? Peut-être, j’ai des collègues qui découvrent la nature du matériel qu’ils utilisent uniquement quand j’en parle🙂

L’analyse qu’il présente est grevée de ses limitations et les questions qui en découlent ne peuvent qu’être limitées. Pas un seul mot de la biologie synthétique ! Inconnue à la pensée française ?

Avec des approches aussi sectaires et partielles pas étonnant que les acteurs principaux de la biotech et de la pharma ne trouvent pas leur compte sur le sol européen et qu’ils prennent le large. En 2003-2004 on parlait encore de fuite de cerveaux vers l’Amérique du Nord, aujourd’hui rien n’a changé. Enfin, presque, il y en a pas mal qui sont déjà partis, d’une part, et on n’en parle plus, résignés (?), d’autre part; les conséquences sont prévisibles. Les européens paieront leur manque d’organisation, pour se procurer médicaments, cultivars et technologies.

Pendant les quelques dernières années durant lesquelles le débat n’a pas avancé d’un millimètre, comme le signale BH, les OGM n’ont pas fini de galoper, y compris ceux qui couvrent des milliers d’hectares. La tête profondément enfoncée au sol, façon autruche, on ne voit pas ce qui se passe alentours, mais on laisse ses fesses bien disponibles aux autres… Ils seraient bêtes de ne pas s’en servir, en plumes🙂


Nous partageons avec BH une question que je me suis posée il y a longtemps et à laquelle il ne semble pas apporter de réponse. Une question qui n’a rien à voir avec la science, si ce n’est avec une discipline particulière, la sociologie. Ainsi je ne l’aborde pas en scientifique, juste en tant que personne qui a eu l’occasion d’observer le phénomène :
Je me pose cette question : pourquoi les couches sociales qui se sont battues et ont été porteuses des lois sur la libération de la femme, et cela en rupture avec l’ordre religieux, font appel aujourd’hui, face aux OGM, à cette loi moralisante : « On ne touche pas au vivant, on ne touche pas à la nature ». Pourquoi ces couches progressistes produisent-elles, 20 ans après, l’essentiel du discours critique sur le progrès scientifique ?

Je pense que le mécanisme est le même. Baiser un coup « sans crainte des conséquences » grâce aux contraceptifs est bien. Le cas échéant pouvoir « se débarrasser des conséquences » d’un dysfonctionnement grâce à l’avortement est bien. Profiter de la procréation assistée pour « s’affranchir des conséquences » de défauts naturels c’est bien. Ne pas faire un mouvement qui risque d’avoir des conséquences c’est bien.

D’autant plus que les générations qui ont profité de la baise libre (libération des femmes, contraception, IVG, procréation assistée) culpabilisent d’avoir créé l’environnement qui a permis la progression du VIH et du SIDA, des conséquences. Pour le prochain mouvement les réticences à vaincre seront d’autant plus fortes que la culpabilité l’est🙂

Et les jeunes générations reviennent progressivement à des valeurs qui ne sont pas génératrices de conséquences, ayant à nouveau à subir les inconvénients de la capote et ne profitant ni de la pilule ni de l’IVG. Comme il le note bien, 20 ans après, une génération. Le couple sans capote se doit d’avoir fait son dépistage et montrer feuille « séronégative », reste fidèle pour ne pas rompre le pacte sanitaire. Il est à nouveau coincé, conservateur, réactionnaire, par nécessité maintenant, pas par idéologie, pour éviter les conséquences. Principe de précaution, fuite de la responsabilité des conséquences de l’acte délibéré, semblant oublier qu’opter pour l’inaction en a autant de conséquences qu’on pourra lui imputer.

Mais ce n’est là qu’une impression de non-spécialiste. Qui en a ras-le-cul des capotes et des tests de dépistage, ayant connu une époque sans😦

« Baiser » et « ras-le-cul » vous ont choqué ? Vous ne lisez pas assez Charlie Hebdo et/ou vous avez oublié Hara Kiri, vous devenez politiquement corrects façon Bush et Sarkozy, shame on you😉


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :