Nième pouvoir

Croisée au marché des Chartrons, Fanny (epi- et pas sté-, avec « F » et pas « Ph », deux « n », terminant par « y » et pas « ie », « non, je n’ai pas de fixe » – ça vous plante un décor de chieuse ;-)), une des personnes que je n’ai rencontrées qu’à l’extérieur, après deux gros bisous sonores, a eu la mauvaise idée de m’entreprendre au sujet du cinquième pouvoir (à moins qu’il y ait eu question du 6ième et que j’ai mal compris encore sous les effets du réveil et du soleil; je n’avais pas encore pris mon café du matin.

De la part d’une personne moins sexy, ou avec une robe moins transparente, ou frottant moins ses lolos contre mon bras, le sujet aurait été malvenu. Mais là, là je me suis senti attiré par le sujet – vous me comprenez je pense. Ayant lu la prose d’Eric sur Agoravox, intéressée par « cette critique sans fondement d’un projet tellement merveilleux que celui du cinquième pouvoir prêt à changer notre monde Monde« , elle était étonné de voir que j’étais moi-même critique et voulait en savoir plus. J’ai bien proposé d’aller en discuter chez elle ou dans un café (après que ma première proposition ait été rejetée), mais elle a préféré s’asseoir sur un bout de balustrade.

Fanny pense que ça serait merveilleux que les internautes prennent le pouvoir, ou plutôt, qu’ils constituent un contre-pouvoir pour « enfin mettre à leur place ces cons de politiciens » (non, les femmes qui font de la politique ne rentrent pas dans cette catégorie, il ne peut y avoir des « connes de politiciennes »).
Fanny a décidé depuis longtemps qu’elle n’irait jamais voter,
trouve que le vote obligatoire serait une aberration,
elle ne voit pas l’intérêt du vote blanc,
est vachement inquiète du réchauffement de la planète,
s’est acheté une belle 4×4 parce que la « pauvre fille sans défense » se sent plus en sécurité dedans,
mange bio parce que tous les écologistes ne peuvent pas avoir tort,
aimerait bien s’installer aux alentours de Bordeaux, dans une petite maison campagnarde, retapée quand même, et dans un endroit qui a le tout-à-l’égoût et l’ADSL, surtout, parce que nous ne sommes plus des sauvages.
J’ai appris tout ça en moins de dix minutes, Fanny étant une espèce commune de moulin à paroles étudiée par les moines tibétains qui aimeraient produire des moulins à prières de la même efficacité, certains qu’ils atteindraient l’illumination plus aisément de la sorte.

Fanny a plein de copains qui pensent comme elle; personne ne lui a dit qu’elle raconte un ramassis de conneries incohérentes. Personne ne l’avait traité de petite idiote, ni ne l’avait planté sur le quai en se disant qu’il perdait définitivement tout espoir de tâter ses fesses. Son expression, ahurie, n’est même pas une maigre compensation.

Je crois que je suis en train de mal vieillir. Un peu d’hypocrisie ne me ferait pas du mal, merde !

En allant vers le café je me suis fait une note (que je consigne ici), de réfléchir sur le nième pouvoir, celui de l’entrejambes des filles.


Non, Fanny n’est pas blonde, pas une vraie blonde en tout cas.

2 Réponses

  1. Non, ne change rien, surtout!

  2. […] continuait. Pensant peut-être que je suis son blog. C’est à cause de la belle Fanny que j’ai voulu […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :