hypnos et thanatos

Dans le genre vieilleries qui ressortent à cause de stimuli qui-sont-là-allez-savoir-pourquoi :

« Ecoute moi, Thanatos, toi dont le royaume sans limites couvre tout ce qui est mortel; de toi dépend le temps qu’on a à vivre; ton absence rallonge la vie, ta présence l’arrête. Ton sommeil renforce les liens qui attirent les âmes aux corps : commun à tous de tout sexe et tout âge, personne n’échappe à ta rage destructrice […] qu’aucun art n’a su contrôler » (Hymne Orphique 87).

Ecoute moi, Thanatos, espèce de salopard qui me prive de mes amis. Si tout est mortel dans cet univers, il en de même de toi. Regarde souvent derrière toi, pour ne pas être surpris le jour où Erebos et Nyx auront à pleurer pour leur enfant, dans les bras d’Hypnos, ton frère.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :