capsaicin diabetes

Mes soeurs et mes frères en souffrance particulières ces jours de fête du solstice d’hiver, vous qui allez souffrir de ne pas pouvoir vous gaver de gâteaux de saison non pas parce que vous n’en disposez pas, pour cause de pauvretés diverses, mais parce que votre pancréas est en grève et ne délivre pas les quantités adéquates d’insuline.

Mes soeurs et mes frères diabétiques, disais-je. Réjouissez vous !

Si vous êtes des souris vous pouvez en bénéficier de suite. Un petit coup de capsaïcine et l’insuline coule à flots et à la demande semble-t-il. Si vous êtes plutôt primate il va falloir attendre un peu, voir si le même schéma nous concerne.

Le cas est absolument fou.

D’abord on peut se demander ce qui les a pris d’aller tester un traitement qui s’adresse aux nerfs sensitifs du pancréas pour traiter une maladie réputée d’origine immunologique !

Puis, ayant constaté les résultats, on peut se demander comment ils ne sont pas restés sur le carreau, mais trouvé le courage de continuer😛.

« Then we had the biggest shock of our lives, » Dr. Dosch said. Almost immediately, the islets began producing insulin normally « It was a shock ? really out of left field, because nothing in the literature was saying anything about this. »

Bon, ça c’est ce que l’on trouve dans les news. Le plus intéressant, au moins pour moi, aurait été de lire in extenso le papier qu’ils ont publié dans Cell. Mais je n’y ai pas accès, il faudra attendre quelques jours, en cherchant une âme charitable qui pourrait m’envoyer une copie (c’est dans des cas comme celui-ci que mon respect pour les gens qui publient dans PLoS augmente). J’en suis à saliver devant le résumé

In type 1 diabetes, T cell-mediated death of pancreatic β cells produces insulin deficiency. However, what attracts or restricts broadly autoreactive lymphocyte pools to the pancreas remains unclear. We report that TRPV1+ pancreatic sensory neurons control islet inflammation and insulin resistance. Eliminating these neurons in diabetes-prone NOD mice prevents insulitis and diabetes, despite systemic persistence of pathogenic T cell pools. Insulin resistance and β cell stress of prediabetic NOD mice are prevented when TRPV1+ neurons are eliminated. TRPV1NOD, localized to the Idd4.1 diabetes-risk locus, is a hypofunctional mutant, mediating depressed neurogenic inflammation. Delivering the neuropeptide substance P by intra-arterial injection into the NOD pancreas reverses abnormal insulin resistance, insulitis, and diabetes for weeks. Concordantly, insulin sensitivity is enhanced in trpv1−/− mice, whereas insulitis/diabetes-resistant NODxB6Idd4-congenic mice, carrying wild-type TRPV1, show restored TRPV1 function and insulin sensitivity. Our data uncover a fundamental role for insulin-responsive TRPV1+ sensory neurons in β cell function and diabetes pathoetiology.
[TRPV1+ Sensory Neurons Control β Cell Stress and Islet Inflammation in Autoimmune Diabetes; Rozita Razavi, Yin Chan, F. Nikoo Afifiyan, Xue Jun Liu, Xiang Wan, Jason Yantha, Hubert Tsui, Lan Tang, Sue Tsai, Pere Santamaria, John P. Driver, David Serreze, Michael W. Salter and H.-Michael Dosch]

La lecture de l’abstract nous renseigne sur la relation système nerveux et système immunologique, qui semble s’articuler autour des neurones TRPV1+. A suivre…

[edit]
L’information circule à la vitesse des électrons dans les pipes d’Internet, et certaines personnes ont l’amabilité de penser à moi. Ainsi à peine avais-je envoyé mon blogposts que je recevais le pdf du papier🙂 Merci !

Que je commence par répondre à la question de l’anonyme qui m’a envoyé le papier. La capsaïcine agit sur les neurones sensitifs qui expriment TRPV1 (Transcient Receptor Potential cation Channel) et c’est grâce à cette interaction que le gène correspondant a été initialement cloné.

Voyons les conclusions du papier en question, d’abord le constat (gras par moi):

In the different, independent animal strains and experimental conditions analyzed, TRPV1 emerges as a central controller of both islet stress and T cell infiltration. Elimination of TRPV1+ neurons by capsaicin, transient functional normalization by acute local sP injection, or replacement with wild-type trpv1 in Idd4 congenics has the same, islet-specific outcome: normalized insulin sensitivity and abrogation of insulitis, despite unimpeded generation of autoreactive lymphocytes that can transfer disease to untreated NOD hosts.

Ca pour le rôles des neurones exprimant le récepteur TRPV1, les TRPV1+

Mais comment ?

The most parsimonious explanation unifying these observations is a local feedback interaction between b cells and the primary sensory neurons innervating islets (Figure S11), with nerve terminals responding to local insulin with release of neuropeptides that sustain b cell physiology in an optimal range. Normally, this interaction is in balance, but in the NOD mouse, hypofunction of TRPV1 unbalances the feedback, with b cell stress due to hyperinsulinism, insulin resistance, and infiltration by autoreactive T cell pools independently generated in the NOD mouse. Removing TRPV1 neurons leads to elimination of the unbalanced, pathogenic interaction, whereas administering sP exogenously may renormalize the interaction transiently.

L’hypothèse est simple et élégante. Et ça évite d’avoir à penser qu’il faudra bouffer du chili pour soigner son diabète🙂 ou qu’il faudrait saupoudrer de capsaïcine les gâteau pour pouvoir les consommer.

Ils concluent leur discussion par :

Collectively, our findings identify TRPV1 sensory neurons as important elements of diabetes pathoetiology, with effects that provide rational mechanisms of the tissue selectivity of the disease, its links to b cell physiology, stress, and insulin resistance. Our observations open new avenues for therapeutic strategies, raising the possibility that sensory nerve dysfunction may contribute to prediabetes initiation and progression in diabetes-prone humans.

Il est à espérer qu’ils arriveront à un « traitement » simple pour éliminer les neurones en question, localement ou par voie systémique; pour les diabétiques. Il est aussi évident que d’autres maladies qui sont vues aujourd’hui comme des maladies autoimmunes, notamment la SEP, seront réexaminées sous un nouvel angle, pour le cas où. Un peu de data mining ne pourrait pas me faire du mal je pense [edit]

Bandeau de la semaine, en l’honneur de la capsaïcine🙂

4 Réponses

  1. Tu te trouves plutôt souris ou plutôt primate ?

  2. primate enclin vers les souris ?

  3. 😀 Bonne réponse !

  4. Et il y en a eu des souris de passées entre mes mains, au nom de la Science bien sûr.😛

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :