Le paradoxe du samaritain

Le paradoxe du samaritain:  »

[…] J’achetais un litre de lait à l’épicerie d’un petit village lorsque la caissière m’a demandé si je souhaitais ‘donner pour les enfants malades’. Dans un élan de générosité, j’ai acheté deux barres de chocolat. C’est en partageant la dernière avec ma copine et en vidant mon litre de lait au goulot que m’est venue l’idée de vérifier si toutes ces calories étaient équitables. Comme on dit souvent, se poser la question c’est avant tout y répondre…non ? Parce qu’évidemment, elles ne l’étaient pas. […]

(Via La chambre 329.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :