innovations anciennes

En train d’étudier, la méthode de BonVote pour le choix du Top 10 des blogs politiques, je me suis concentré sur le n° 1 de la liste, Ce cher Loïc😉

J’en étais à me préparer à pondre un post sur le fait qu’aucun des cinq posts du jour1 ne concernent la politique et que la place de au top de cette liste n’est pas franchement justifiée, quand je me suis focalisé sur l’un d’eux.

D’abord, il est rangé par Loïc dans la catégorie « Politique » de son blog. Probablement parce que la petite phrase qui sert d’amorce pour poser la question a été prononcée par , lors de l’université d’été de l’UMP. Mais la question qui en découle n’est pas comme on aurait pu le croire « comment faire pour améliorer la valorisation des fruits de la recherche française ailleurs que dans des entreprises nord-américaines ? », ça aurait été trop beau. Non, les interrogations d’un serial-entrepreneur ne peuvent pas être si profondes🙂

Par contre je pense qu’il faut absolument que les jeunes aient une meilleure connaissance de l’entreprise et de la création d’entreprise, et le plus tôt possible, à l’école. C’est justement un des maux français, ce regard négatif envers le monde de l’entreprise alors que c’est pourtant celui-là qui crée des emplois, et plutôt les petites, justement. Qu’en pensez-vous ?

J’ai été encore une fois agacé par l’angle sous lequel le sujet est abordé.
Pour ceux qui sont trop jeunes pour avoir connu les débuts du « Concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes« , je rappelle que la première édition était connue par quelques rares initiés comme « Concours Allègre » ! On est en 1999. Et il était déjà question de dispositifs permettant la valorisation de la recherche et des nouvelles technologies. Sarkozy n’invente pas grand chose.
Déjà à l’époque, si on lisait les documents proclament le concours et qu’on avait également accès aux documents « européens », on pouvait se rendre compte qu’il s’agissait de resucées du PCRD de l’époque. Et la France n’a fait que suivre la même ligne depuis, copier bêtement.

Il y a eu des efforts pour qu’il y ait des cellules de valorisation dans les universités. Pour le réseau aquitain avec lequel je suis venu en contact initialement c’était plutôt primitif. Autant pour le chargé de mission de l’, que pour le chargé de l’affaire à l’université, que pour les consultants externes. Je sais de quoi je parle, j’étais lauréat de la première mouture, en 1999. Année néfaste pour moi.

Transformer un scientifique qui produit de la bonne en chef d’entreprise ? La plus grosse connerie que je connais en termes de valorisation. Au contraire, il faut garder le mec (la nana) bien au chaud dans son labo et lui procurer les aides nécessaires pour valoriser son boulot. Faire faire du porte à porte auprès des Venture Capitalists et des Business Angels à une personne qui pourrait continuer à produire de quoi breveter ? Sombre idiotie. Passer des heures avec des consultants incompétents vis à vis du domaine d’excellence de la personne pour lui pondre un rapport à côté de la plaque qui ne réponds pas çà la question initialement posée est une autre façon de bousiller l’envie de valoriser.

Non, si vous avez des gens capables de vous pondre un brevet intéressant il ne faut surtout pas les transformer en entrepreneurs, il faut faire en sorte qu’ils n’aient même pas l’idée qu’ils puissent le devenir. Il faut leur procurer l’environnement pour qu’ils développent leurs idées, qu’ils se concentrer sur ce qu’ils ont appris à faire le mieux, de la recherche.
Probablement le meilleur moyen de les bousiller est de les pousser vers l’.

Vous connaissez le parcours intéressant de ces personnes ? D’abord porteur de projet innovant en pépinière, puis de la start-up, puis très vite après un deuxième tour de table, puis très vite mis à la porte de la boîte pour finir (s’ils ont ramassé un peu de fric), ou . Beurk !

Evitez soigneusement de développer l’envie d’entreprendre auprès de formations autres que celles des écoles de commerce, c’est du gâchis. Et ne venez pas me parler des fonctionnaires créateurs d’entreprises qui squattent les locaux universitaires (ou ou ou hospitaliers), bien certains qu’ils auront les moyens (et éventuellement la main d’oeuvre détournée) pour faire vivoter leur start-up et se la péter créateurs d’entreprise et d’emploi.

Voilà ce que j’en pense Loïc, et ça m’étonnerait que d’ici une bonne quinzaine d’années les choses changent en France. Sauf s’il y a une révolution et Sarkozy est loin d’en être capable.
Pourquoi 15 ans ? Parce que c’est le temps moyen pour refaire la crème qui remplacera celle qui a été exilée (ou a vendu d’ailleurs) volontairement en Amérique du Nord🙂

1 Candidats dans les Starting Blogs (on m’a cité dans la presse), #273 Oleg Tscheltzoff Fotolia (un pote lance une nouvelle boîte), Masturbation sous ma soutane: 20 minutes (ce qui est probable, on m’a cité dans la presse), « Masturbation sous ma soutane »: 20 minutes (le même que le précédant, mais avec des guillemets), Les marchands du temple à l’université ? (ce regard négatif envers le monde de l’entreprise)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :