viande froide cornichons

J'ai lu la semaine dernière "Viande froide cornichons : "Crimes et suicides à mourir de rire" d'Edouard Launet. D'un seul trait. Excellent exercice pour les abdominaux et les zygomatiques.

Et je me suis dit que je lancerais une quête pour des cas similaires sur le Net, il devrait bien y en avoir non ?

Première prise deux secondes après le lancement :

By SARAH SKIDMORE: Oregon Man Survives 12 Nails to the Head

PORTLAND, Ore. – An Oregon man who went to a hospital complaining of a headache was found to have 12 nails embedded in his skull from a suicide attempt with a nail gun, doctors say.

Nouvelle catégorie : mince!

Publicités

pathetique

Catherine propose que l’on écoute ‘Le côté obscur du blogue‘. Comme j’aime bien Catherine j’ai fait un tour pour ne pas mourir sans cette info (je mourrai idiot anyway si l’idée vient de vous traverser l’esprit).

Je m’attendais à un sujet sur les suicides annoncés par blog, ou les comptes-rendus de serial-killers ou quelque chose du genre. Le sujet est tourné dans un sens complètement différent : l’utilisation du blog et des commentaires qui l’accompagnent en tant qu’exutoire et cours de recréation, où l’on se tape les uns sur les autres. Intéressante approche qui intéresse une fraction assez large de la blogosphère, mais certainement pas la plus importante !

Catherine semble abonnée au mot pathétique ces temps-ci ! Et les blogs en prennent un coup en passant 😉

Entre le suicide symbolique – la fermeture – du blog, les règlements de comptes avec les ex, bloggers ou non d’ailleurs, et les querelles de clocher il y avait matière pour ce court reportage.

Mais on est loin, très loin du côté obscur de la blogosphère; je trouve beaucoup plus inquiétantes les joutes autour de l’influence auprès du public, motivées par le marketing, les actions de détournement des blogs pour la propagande politique (oui, oui, c’est ça, j’aurais dû dire information/communication, mon oeil !), et les blogs de marques, qu’elles soient personnelles ou des vrais (™).

Le reportage tourne quand même autour du pot sans se décider à l’ouvrir : le Net, dont le Web, dont les blogs, sont un espace disponible pour les épanchements, discussions, collaborations, querelles etc. Loin du virtuel, mot qui est utilisé de travers à chaque fois que l’on parle du Net. Je ne vois vraiment pas ce que ça a de virtuel. Je dirais qu’il est insaisissable pour ceux qui ne le pratiquent pas… Difficile à saisir les sensations du saut en parachute si vous n’y allez pas, n’est-ce pas ? Ou de la plongée. Ou du trek en haute altitude. Et chacun son truc après.

Mais certainement pas virtuel. Il y a des avatars qui sont conçus pour isoler leur propriétaires certes, mais il n’en restent pas moins réels les dits propriétaires. Et ça ne change pas beaucoup des mythomanes des tavernes qui ont l’art de raconter n’importe quoi à propos d’eux même 😉

Il en est d’autres qui ne sont pas plus épais qu’un papier calque; on voit à travers dès qu’on se donne un peu de mal et quelques secondes pour savoir qui est derrière.

Il y en a beaucoup qui gardent la même identité sur leur blog que celle qu’ils utilisent tous les jours. Les jeux de noms de plume habituels, n’est-ce pas ?

Pourquoi diable ça serait obscur ? Pourquoi la communication qui passe par les blogs est considérée comme virtuelle ? est dit dans le reportage que le blog n’a pas les mêmes ingrédients que la discussion face-à-face. Certes. Au même titre que toute communication écrite, la correspondance postale par exemple. Mais les bloggers communiquent en dehors des écrits ! Que ce soit à l’aide de leur webcam ou en faisant l’effort de se rencontrer pour continuer les discussion autour d’un verre. Ne pas en parler in extenso de cet aspect des blogs est la seule erreur du reportage. Certes ce n’est pas du domaine du côté obscur, mais ça en limite la portée, telle qu’elle est montrée.

Puisqu’il semble que l’enquête sera étendue il serait de bon ton de parler des communautés, groupes, bandes, gangs etc. qui sont créés ou maintenus grâce aux blogs.