recup vs recyclage

Quand j’étais gamin avec les copains du quartier, on faisait de la récup. A fond la caisse.

Tout était bon pour être transformé et revendu pour nous remplir les poches de piécettes.

Nous n’étions pas animés par des soucis écologiques, juste par un besoin de piécettes; le quartier était pauvre et mes parents ajustaient mon argent de poche à celui de mes potes pour limiter les différences.

Notre source de revenus la plus large étaient les bouteilles de piquette que les couillons balançaient.

  • on avait une pièce pour débarrasser leur seuil des cadavres qu’ils y posaient
  • certaines bouteilles partaient à la revente telles quelles, même pas rincées
  • d’autres étaient transformées avant, surtout pour faire des verres et des vases

Cette dernière activité était la plus lucrative mais aussi la plus dangereuse. Une partie de mon pouce gauche est toujours insensible, résultat d’une mauvaise coupure avec le bord d’un verre en devenir. C’étaient des verres qu’on vendait aux gars qui bossaient aux chantiers alentours. Je viens d’apprendre que c’est des verres design !

J’en ai vendu deux ou trois centaines de ces saloperies, découpées au diamant, poncées à l’émeri, en tambour mu au pédalo, finies à la flamme. Me marre en découvrant que l’idée peut-être écolo et design pour certains. Remarquez, nous ne savions pas faire des découpes en biais 😉

Mais j’aime beaucoup l’usage proposé par ARTICLE, pour en faire des lampes. Faudra voir ce que ça donne en « chauffe », mais avec un lampe à gaz ça doit être mignon et tenir la route. Peut-être avec des allogène aussi.

Publicités